Plusieurs mamans m’ont demandé d’où m’est venue l’idée du podcast ou du blog. Comme ces questions me sont souvent posées, je me suis dit qu’il fallait absolument que je fasse un article là-dessus. Alors, here I go !

LE BLOG, UN NOUVEAU CHALENGE

Je voulais apporter du contenu agréable pour accompagner les mamans dans leur rôle de mère. Leur transmettre mon soutien, ma joie de vivre, des idées d’achats, bref, les épauler comme je pouvais. Je n’y connaissais rien aux blogs et je peux vous dire qu’encore aujourd’hui j’ai de sacrées lacunes (hello référencement). 

Au départ, je voulais rédiger plein d’articles mais j’avais aucun lectorat donc je me suis : « ok si je veux être lue, je dois aussi faire un peu de réseaux sociaux ». Comme j’aime beaucoup Instagram, un compte La plus belle Maman était une évidence.

LE COMPTE INSTA LA PLUS BELLE MAMAN

Bon alors là, qu’est-ce que je pouvais donc bien poster ! Je n’allais pas mettre des photos de moi, je n’ai pas de produit, ni de service La plus belle Maman… Puis, je me suis dit : « avec toooous les comptes que je suis pourquoi ne pas mettre en avant mes comptes favoris ». Franchement, quand je vois le travail de toutes ces mamans que je mets en avant, je suis admirative. L’esthétisme, les couleurs, la lumière, les paysages, bref… j’adore et je trouve qu’elles ont toutes un énorme talent ! Donc, je me suis dit : « si j’adore, certaines mamans vont peut-être adorer parcourir ma sélection » et BINGO.

1,2,3…1804

Des likes, des commentaires, des messages, des conseils … Un monde virtuel que je ne connaissais pas et que je n’avais jamais voulu vraiment connaître. Mais maintenant que j’avais créé un compte et que les premiers posts étaient publiés, je ne pouvais pas faire marche arrière (pas de moonwalk à la Mickael Jackson).  

A ma grande surprise, j’ai eu (et j’ai encore) beaucoup de soutiens de la part des mamans ! J’étais heureuse et cela m’a motivé pour continuer à publier tous les jours deux photos. Pour trouver deux photos par jour, je parcours pendant des heeeures des comptes (je galère), je rédige des messages en anglais/espagnol/français pour avoir leur accord. J’attends, j’attends et quand on me dit ok je suis SUPER contente (comme quoi on n’a pas besoin de grand chose pour avoir des moments de bonheur). J’essaye aussi d’envoyer des messages personnalisés aux mamans pour me faire connaître et j’entame des conversations avec ces mamans. Je ne pensais pas du tout qu’on pouvait créer un lien avec ses abonnés et c’est vraiment le cas. C’est ce que je préfère avec ce réseau social. 

 

En revanche, quand j’ai compris les algorithmes d’Insta, j‘étais dégoutée. Il faut toujours être présente sur ce réseau social pour être un maximum vu, je considère hélas aujourd’hui IG comme une petite prison virtuelle. 

Le désenchantement de ce réseau social ne me lâche plus. Depuis, j’alimente toujours ce compte mais j’y passe beaucoup moins de temps car je ne veux par être scotché/addict à ce petit téléphone. 

La vie est trop courte pour consacrer autant de temps aux réseaux sociaux, tu ne crois pas ?

LE PODCAST, L'ECHANGE ET LE PARTAGE AVANT TOUT !

J’ai demandé via un sondage aux mamans si elles voulaient un podcast La plus belle Maman.

Petite anedocte

Quand je travaillais chez Action contre la Faim. Chaque jour, j’avais une heure de métro à faire pour arriver au bureau. Donc, pendant deux ans, ma compagnie dans le métro, c’était les podcasts.

Pendant 1h, j’oubliais cette affreuse ligne 13 pour m’immiscer dans la conversation de deux personnes. Je riais toute seule, j’acquiesçais, je prenais des notes, j’étais bien. C’était l’un de mes moments préférés de la journée et j’arrivais la plupart du temps avec le sourire au boulot. Comme si j’avais pris le café avec de bons amis au lieu de parcourir ces longs couloirs souterrains.

Revenons sur La plus belle Maman. La majorité des mamans ont répondu oui à la création d’un podcast (sans blague) ! Comme j’adore apprendre de nouvelles choses et me lancer de nouveaux challenges, je me suis lancée (petit stress quand même).

J’ai toujours aimé les podcasts, c’était donc un plaisir de comprendre comment créer le podcast de La plus belle Maman mais j’avais quand même l’appréhension de me mettre en avant et que l’on écoute ma voix.

Est ce que j’allais créer un lien « auditif » ? Est ce que je n’avais pas une voix insupportable ? Mes questions sont-elles les bonnes ? 

Je pense finalement qu’on doute souvent de nos capacités mais ces doutes ne doivent pas nous empêcher d’avancer.

«C’est impossible, dit la fierté; C’est risqué, dit l’expérience; C’est sans issue, dit la raison; Essayons, murmure le coeur» – William Arthur Ward

J’ai commencé avec Digé ce tout premier épisode de La plus belle Maman. Comme j’ai eu de bons retours, j’ai continué jusqu’à aujourd’hui.

 

Le podcast a l’avantage d’être disponible pour tous et à tout moment. Pas de sélection, pas besoin d’internet (si tu le télécharges), tu t’évades le temps d’une interview pour passer un bon moment. 

Sache que pour moi, en t’abonnant à La plus belle Maman podcast, je considère que tu as une petite partie de moi dans ton téléphone J

Depuis le lancement de La plus belle Maman podcast, je reçois des conseils et des commentaires (merci). 

Seule sur ce projet, je me remets souvent en question et j’ai encore du mal à me projeter, me positionner et des fois à m’affirmer.

Demain la plus belle Maman ? C’est toi qui me le diras. 

Mon envie ? Avoir une belle communauté de mamans qui soutiennent la marque car elle leur apporte du soutien, du bonheur et/ou du réconfort.

Je vais bientôt devoir faire un nouveau sondage pour évaluer les supports de La plus belle Maman et les nouvelles idées que j’ai…

Si tu écoutes déjà le podcast, que tu veux m’aider et que tu ne souhaites pas recevoir la newsletter, laisse ton adresse e-mail via le bouton « contact ». Si tu es inscrite à la newsletter, tu recevras prochainement ce fameux sondage.

Je pense n’avoir jamais écris un article aussi vite. Peut-être parce qu’au fond de moi, j’avais cette envie de vous dévoiler un peu le projet de La plus belle Maman et ses débuts. Merci d’ avoir lu cette article, et n’oublie pas que ce que je fais, c’est pour te rendre heureuse J.

Louise